14 août 2015

J'ai pris ces photographies comme des lieux en voie de disparition. Non par nostalgie ou par simple souci d'en garder une trace, mais parce qu'ils sont porteurs d'une charge de temps et d'expérience sur le point de se dissiper. Ces paysages qui s'effritent ont une aura de mystère et de présence. Il ne s'agit pas d'une topologie ou d'un relevé de type sociologique, mais d'images soigneusement construites. Ces images n'ont pas de temporalité définie car il est impossible de dire où se trouve la lumière ou le soleil dans la photographie.